Sujet à confusion

http://www.lambert-lucas.com/construire-le-sujet

construire-le-sujet

Avez-vous déjà fait l’expérience de répéter à voix haute plusieurs fois d’affilée un mot extrêmement commun comme « couteau » ou « ananas » ? À force d’entendre les mêmes sons, c’est comme si le mot perdait son sens, c’est comme si le signifiant et le signifié se détachaient et tout à coup cette carapace phonétique perdait son sens. Ce mot commun que nous utilisons tous les jours, que nous croyons parfaitement connaître, perd complètement sa signification. Et nous ne savons plus de quoi nous parlons.

Voilà la sensation que j’ai eue en lisant Construire le sujet (Besnault-Levita, Université de Rouen, et ERIAC 2014).

Qu’est-ce que LE SUJET? C’est un mot qui moi m’intéresse particulièrement. Je pourrais partir de pourquoi il m’intéresse, ce qu’il évoque en moi : partons du fait que j’ai fait des études de philosophie avant de m’intéresser à la didactique, et que j’ai reçu ces cours si obscurs et pour autant si intéressants sur la phénoménologie, sur le rapport du sujet à l’objet, sur leur distinction, leur relation ; qu’on m’a fait lire Levinas et Merleau-Ponty surtout, que ce sont eux dont je me souviens le plus. Partons aussi du fait qu’avant même de rencontrer la notion de « sujet lecteur » sur laquelle je m’interroge tant depuis l’année dernière, je voulais déjà comprendre ce qu’était un lecteur, ce qu’était sa subjectivité[1].

J’avais l’impression que derrière ce mot que j’opposais un peu facilement à l’objet (fruit d’une mauvaise lecture de Merleau Ponty, d’ailleurs ?), se trouvait la clé de la libération des esprits. Or ce mot magnifique me semble maintenant comme les beaux discours – surtout ceux que j’analyse autour de la matière de français, les discours officiels qui encadrent l’enseignement de la langue et la littérature. On peut l’utiliser à tort et à travers sans rien en faire, et surtout dans le domaine de l’éducation.

Il suffit d’ailleurs de sa place dans un discours officiel pour que celui-ci devienne plus que politiquement correct, politiquement consensuel par rapport à ce qu’on a envie d’entendre, de lire aujourd’hui. Et c’est pourquoi il me semble qu’il n’y a qu’un pas de la libération, de l’action que peut supposer ce mot, terme ou notion, à l’assujettissement dont il tient son étymologie.

Finalement, LE SUJET est aussi celui qui est assujetti à un supérieur, et on n’a pas besoin de penser au contexte moyenâgeux pour comprendre la portée d’un tel mot.

La première chose de laquelle j’ai envie de m’étonner, personnellement, c’est de cet article défini et surtout singulier qui le précède dès qu’on l’utilise, surtout quand on voit en lisant ce rassemblement de travaux que des sujets, il y en a à l’infini : le sujet du droit, de la littérature, etc. Et combien de définitions ? « le moi, le Cogito, la personnalité, l’individu, la conscience, l’esprit, l’agent, l’acteur, tous pouvant être individuels ou collectifs, d’essence biologique ou culturelle, unitaires ou dispersés en lambeaux, conscients ou inconscients. » ainsi que nous le rappelle Anne Besnault-Levita p. 247.

Il se trouve que LE SUJET est un fourre-tout, et difficile de donner à ce fourre-tout la responsabilité que semble lui donner la didactique : celui de prendre en charge la révolution pédagogique qui permettra de libérer une pratique qu’on ne comprend toujours pas tout à fait.

Pour revenir à l’ensemble de ce livre, on pourrait dire qu’il ouvre des perspectives sur le fait que plus que la définition, c’est ce que le terme peut engager comme moteur d’action qui est intéressant. Construire le sujet ? Peut-être pas, mais laisser agir sa construction, savoir l’apercevoir et lui permettre de continuer de se fabriquer, peut-être que c’est là que se situent les clés. Et peut-être que c’est cela que je cherchais dans le « sujet lecteur » qui m’a tant fasciné au début, et peut-être que c’est cela aussi qui me manque tant maintenant.

Qu’on arrête de le construire pour partir de ce qui se fait déjà par lui ou malgré lui. Parce que je pense que ce qui le caractérise, sans le définir (!), c’est qu’il existe et agit malgré toute construction.

Doit-on trouver pour cela un terme plus approprié comme celui de « subjectivation » ? Un terme qui répond, certainement au problème de finitude ou finition de « sujet » et qui engage une continuité, une allée de l’avant ; mais est-ce bien dans le mot lui-même qu’on peut trouver des solutions ? Ne serait-ce pas plutôt dans ce que peut et devrait engager l’utilisation d’un terme comme celui-ci dans l’éducation, et concernant une activité si politique, si puissante, comme est la lecture ? Moi j’en suis convaincue.

Que pourrait donc engendrer cette subjectivation ? Voyons comment Gérard Dessons ouvre l’immobilité du mot sujet :

« L’idée que du sujet – sinon le sujet, d’un point de vue anthropologique – se constituerait par l’activité de la parole implique de se situer dans la perspective d’une anthropologie historique du langage. Sans cette dimension de l’historique, le risque est grand, en proposant simplement que l’homme est un être de langage, de légitimer une anthropologie métaphysique. C’est tout le problème posé par la notion, psychologique, de ‘sujet parlant’, issue de la philologie, et relooké par les linguistes du discours en un ‘sujet énonciateur’ qui voudrait se faire passer pour ‘un sujet de l’énonciation’, instance définie à partir de la linguistique d’Émile Benveniste comme l’activité éthique fondamentale du langage, celle d’un sujet se refaisant sans cesse ‘à neuf’ […]. Le ‘sujet énonciateur’ repose sur l’idée implicite d’une antériorité du sujet sur son activité parlante. Le rapport au langage, dans ce cas, est celui d’une subjectivité et non d’une subjectivation, processus par lequel ‘du sujet’ se constitue spécifiquement par l’activité même de la parole, qu’elle soit orale ou écrite. » (c’est moi qui souligne).

Parler de « sujet », si on suit la vision de Dessons, c’est poser, marquer et donc définir une certaine position dans laquelle le sujet est antérieur au langage. Par conséquent il y a d’abord une distinction des deux, et ensuite, un refus que le langage soit une activité de transformation, dans laquelle le sujet se recrée en permanence. Imaginons le pouvoir que peut donner alors la pensée de la subjectivation à la lecture, cette prise de parole (même si la parole est dans notre tête, et non pas prononcée oralement) particulière dans laquelle il y a confrontation d’une parole antérieure propre à une parole autre et invention d’une toute nouvelle parole qui est celle de la rencontre, si on peut parler de rencontre, sans risques de distinguer trop bêtement la voix de celui qui lit et de celui qui a écrit. Bref, parler de sujet-lecteur semble compromis si on se souvient que le sujet énonciateur est posé comme antérieur au discours qu’il élabore, et non pas comme simultané, ainsi que nous le rappelle Dessons.

Serait-on alors plus proche de l’idée de « reconstruction du sujet lyrique en poésie contemporaine » de Chantal Colomb-Guillaume ? « Le langage transforme le sujet si bien que le ‘je’ du texte poétique devient un étranger pour le sujet écrivant, inconnu à lui-même dès lors qu’il fait l’expérience de la traversée du langage. Il y entre en relation avec le monde et l’autre dans un espace qui n’est pas son univers quotidien, s’y dépayse, subit une transformation qui se fait à son insu. » (p. 295). Difficile aussi de ne pas voir une distinction de deux sujets, ou une antériorité de l’un par rapport à l’autre : si le je lyrique se distingue du je ‘personne’ (cela nous rappelle sans doute cette distinction entre l’auteur et le narrataire qu’on nous a tant rebattu en classe de français sans comprendre trop pourquoi…)

Au cœur de ma thèse, il semblerait désormais qu’il y ait une question incontournable : quelle est la définition du sujet sous-jacente à cette notion de « sujet lecteur », y-en-a-t-il une seule d’ailleurs ?

Si Nathalie Rannou (Rannou 2013, 5) nous rappelle que cette notion « requiert toujours le renouvellement de sa définition en fonction des recherches universitaires et des expérimentations de terrain », elle « peut parfois parfois passer pour acquise dans la terminologie spécialisée de la didactique » et surtout « dans les textes émanant de l’Inspection générale des Lettres ainsi que dans certains plans de formation des inspecteurs pédagogiques régionaux ou encore dans la présentation de manuels », nombreux articles de didactique insistent sur le fait que « la didactique de la lecture telle que nous la concevons est une didactique centrée sur le sujet (Frier et Guernier 2007, 1) ». Et c’est cet acquis qu’il faut travailler : lorsque ce mot est présenté avec une transparence qui passe pour évidente, il faut le pointer du doigt pour comprendre d’où il vient et ce qu’il amène.

Dans cette tendance du sujet, dans cette mode libératrice pleine de bonnes intentions, qui s’est déjà demandé si cette notion ne fait que mettre de la poudre aux yeux ? Ne fait que cacher des imperfections ? Si le mouvement « sujet lecteur » est là pour contrecarrer un problème de « muselière » de la lecture apprenante, n’a-t-on pas bâclé une étape ? Celle de se demander quelle est la lecture qui émerge, qui se construit, malgré les carcans qu’on a voulu lui imposer ? Comment se fabrique et que fabrique cette lecture d’un sujet ? Puisqu’on aura beau homogénéiser les analyses de textes, divulguer une théorie de la lecture compacte sur des œuvres unanimement approuvées, le sujet est là. Le sujet s’exprime dans les filets même du maillage qu’on a tissé pour le façonner, rappelons-nous que ce lecteur, en consommateur de texte, agit, travaille, invente, et ce dans le système même qu’il accepte, faute de pouvoir (ou de vouloir) y échapper :

« Une fois analysés les images distribuées par la télé et les temps passés en stationnement devant un poste, il reste à se demander ce que le consommateur fabrique avec ces images et pendant ces heures. Les cinq cent mille acheteurs d’Information-santé, les usagers du supermarché, les pratiquants de l’espace urbain, les consommateurs des récits et légendes journalistiques, que fabriquent-ils avec ce qu’ils ‘absorbent’, reçoivent et paient ? Qu’est-ce qu’ils en font ?

[…] L’enfant gribouille encore et tache son livre d’école ; même s’il est puni de ce crime, il se fait un espace, il y signe son existence d’auteur. […]

À une production rationnalisée, expansionniste, centralisée, spectaculaire et bruyante, fait face une production d’un type tout différent, qualifiée de « consommation », qui a pour caractéristiques ses ruses, son effritement au gré des occasions, ses braconnages, sa clandestinité, son murmure inlassable, en somme une quasi-invisibilité puisqu’elle ne se signale guère par des produits propres (où en aurait-elle la place ?) mais par un art d’utiliser ceux qui lui sont imposés.

Depuis longtemps, on a étudié en d’autres sociétés les inversions discrètes et pourtant fondamentales qu’y provoquait la consommation. Ainsi la réussite spectaculaire de la colonisation espagnole auprès des ethnies indiennes a été détournée par l’usage qui en était fait : même soumis, voire consentants, souvent ces Indiens utilisaient les lois, les pratiques ou les représentations qui leur étaient imposées par la force ou par la séduction à d’autres fins que celles des conquérants ; ils en faisaient autre chose ; ils les subvertissaient du dedans – non pas en les repoussant ou en les transformant (cela arrivait aussi), mais par cent manières de les employer au service de règles, de coutumes ou de convictions étrangères à la colonisation qu’ils ne pouvaient fuir. Ils métaphorisaient l’ordre dominant : ils le faisaient fonctionner sur un autre registre. Ils restaient autres, à l’intérieur du système qu’ils assimilaient et qui les assimilait extérieurement. Ils le détournaient sans le quitter. Des procédures de consommation tenaient leur différence dans l’espace même qu’organisait l’occupant. » (Certeau 1990, 52‑54)

 

Besnault-Levita, Anne, Université de Rouen, et ERIAC, éd. 2014. Construire le sujet: actes du colloque de l’Université de Rouen 5, 6, et 7 juin 2008. Limoges: Èd. Lambert-Lucas.

Certeau, Michel de. 1990. L’invention du quotidien. Édité par Luce Giard. Paris, France: Gallimard, DL 1990.

Frier, Catherine, et Marie-Cécile Guernier. 2007. « Paroles de lecteurs  :   et si les usages scolaires empêchaient de pratiquer la lecture ? » Repères. Recherches en didactique du français langue maternelle, 14.

Rannou, Nathalie, éd. 2013. Recherches et travaux – Université de Grenoble, U.E.R. de lettres, ISSN 0151-1874. L’expérience du sujet lecteur. Grenoble, France: Université Stendhal-Grenoble 3.

 

[1] Je vais référence à mon mémoire de Master 1 LLFL dirigé par Bernard Alazet sur La Jalousie de Robbe Grillet: Regards à travers une Jalousie. L’infinie impossibilité de l’objet.


2 réflexions au sujet de « Sujet à confusion »

  1. je tombe par hasard sur ce joli blog, et vos commentaires. Cette lecture critique comme mise en crise de notre travail me réjouit. Alors n’hésitez pas à me dire ce qui vous a intéressé, étonné, agacé dans Construire le Sujet.
    Bien sincèrement,
    l’un des 4 éditeurs

  2. Bon! voilà qui est dit et bien dit : des sujets dans des subjectivations (voire même des trans-subjectivations – ce serait la portée des propos de Certeau à la fin), c’est une sortie de LA question DU sujet… qui effectivement permet de contourner ce que l’attention aux activités (trans- et parfois aussi dé-)subjectivantes des lectures. Merci, Carla ! Ceci dit, il faudrait cerner les manières qu’ont les intervenants dans ce bouquin de s’enferrer dans leur sujet qui est souvent rapporté effectivement au sujet philosophique conscient unitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *