La lecture selon la neuroscience

 

 « Les zones du sens et de la prononciation et articulation ne sont pas uniques à la lecture dans la mesure où vous allez également pouvoir les activer lorsque vous entendez du langage, donc par la modalité auditive aussi bien que par la modalité visuelle et on peut dire qu’apprendre à lire consiste donc à accéder par la vision aux aires du langage parlé »

 

Une conférence extrêmement intéressante pour comprendre l’activité de lecture d’un point de vue neurologique, une activité, qu’ainsi qu’il nous est rappelée, est extrêmement récente dans l’histoire de l’humanité (quelques milliers d’années) et n’a pu donc être l’objet d’une évolution génétique. Et pourtant, dans toutes les langues, « que nous lisions de droite à gauche ou de gauche à droite », c’est la même aire du cerveau qui s’active, comme si nous ayons tous un « organe de la lecture », alors que celui-ci n’a pu être formé par un héritage génétique depuis l’invention de cette activité. Serait-que que la lecture était déjà prévue par notre système avant qu’on l’invente ?

En tous cas, ce que Stanislas Dehaene et son équipe dans le centre de recherche sur le cerveau Neurospin http://i2bm.cea.fr/drf/i2bm/Pages/NeuroSpin.aspx arrivent à prouver c’est que la personne lettrée, par rapport à l’illettrée, arrive à mieux reconnaître non seulement des mots écrits mais des stimuli visuels dans tous les domaines. Montrant ainsi que le langage excède sa limitation à l’écrit ou à l’oral et aussi sans doute que la pratique de la lecture « augmente » les capacités de notre cerveau à faire des liens, à créer des relations et à mieux vivre dans notre monde. Non seulement l’activité mais aussi l’anatomie de notre cerveau change quand nous apprenons à lire puisqu’apparemment la lecture modifie nos connexions cérébrales.

Autre découverte intéressante qui nous est présentée est le fait que la région cérébrale utilisée pour la lecture et l’écriture ne serait pas la même : des personnes ayant eu une lésion dans ce coin de l’hémisphère gauche dédié à l’activité lectorale arrivent cependant à écrire, aussi bien qu’à continuer de comprendre les discours oraux, sans toutefois être capables de relire ce qu’ils ont écrit.

Cependant, une question m’est restée. Les chercheurs de cette expérience ont testé quatre type de stimuli pour comprendre les effets qu’ils avaient dans certaines régions du cerveau selon qu’on a été alphabétisé et donc préparé pour les comprendre tous, ou bien qu’on n’a pas été encore ou bien tardivement alphabétisé et donc qu’on est préparé pour en comprendre seulement une partie : il s’est agit de mots, de visages, d’images de la vie quotidienne comme des bâtiments, et de damiers. Mais qu’en est-il des productions artistiques ? Apparemment, ces chercheurs n’ont pas confronté leurs cobayes à des tableaux, à des scènes de films ou encore, à des extraits de littérature face à des extraits d’autres types de textes, comme des lois, ou des messages d’application de messagerie type whatsapp, par exemple. En tous cas, cela n’a pas été précisé par S. Dehaene. Il me semble qu’il serait intéressant de vérifier si les parties du cerveau activées en cas de besoin supplémentaire « d’imagination » sont les mêmes que lorsqu’on décode des messages en apparence transparents. Ça permettrait de prouver ou d’inférer toutes ces catégorisations présentes en sciences humaines distinguant lecture littéraire et non littéraire, ou textes de fiction et textes d’information. Ça permettrait de comprendre si la confrontation à l’art « réveille » quelque chose de différent dans notre cerveau que le font les stimuli de la vie quotidienne, s’il réveille plus, moins, ou autrement…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *