« Ces deux mesures [les mesures Haby 1975 et Jean-Pierre Chevènement, 1985], qui entraînent le doublement de l’effectif des lycées dans les années 1980 puis le doublement de ce même effectif dans les années 1990, posent la question de la construction par tous d’une culture commune : le français ‘discipline cruciale parce que discipline par excellence de l’identité collective’ doit contribuer au processus de démocratisation et non de ‘massification’. Doit-on offrir à tous la même culture alors que l’on souligne l’hétérogénéité croissante des élèves ? » (p. 25)

« Si la question des finalités de l’enseignement de la littérature ne fait pas l’objet d’une contribution particulière lors de ces premières Rencontres [rencontres des années 2000 autour de la notion du sujet lecteur], elle est en filigrane dans l’ensemble des interventions. Annie Rouxel, par exemple, souligne la complémentarité des modes de lecture inscrits dans les programmes, de la lecture cursive et de la lecture analytique, ce qui la conduit à rappeler qu’avant toute chose il est indispensable de se demander quel lecteur on veut former. » (p. 83)

« Puisque les résistances au renouvellement des corpus littéraires sont malgré tout assez fortes, tant du côté de l’institution que de ses acteurs, et qu’il est, par souci égalitaire, indispensable de transmettre à tous une culture littéraire commune, il s’agit de trouver une alternative susceptible de pallier le peu d’appétence des élèves pour ‘cette’ littérature. L’objet étant ‘intouchable’ et officiellement prescrit, il convient de s’intéresser aux modalités selon lesquelles il peut être transmis et surtout approprié. C’est donc en toute logique que les chercheurs s’intéressent massivement aux modalités de transmission et, plus particulièrement, à la lecture de ces œuvres canoniques par les élèves d’aujourd’hui. […] c’est la ‘pratique de lecture littéraire’ qui est plus particulièrement interrogée, les chercheurs faisant ‘chorus pour dire l’urgence de cette lecture scolaire subjective des œuvres littéraires’. » (p. 114)

Sylviane Ahr, Enseigner la littérature aujourd’hui : « disputes françaises », Paris, Éditions Champion, 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.