« L’on se propose de dresser un nouvel état des lieux des pratiques de lecture, et, en particulier,de la place que peut occuper l’enseignement de la lecture subjective en classes de collège et lycée. Nous avons, pour avancer dans ce questionnement, utilisé un recueil de données spécifiques : il s’agit de plus de cent dossiers, présentés par des enseignants du secondaire, candidats à l’obtention du CAPES interne. Ceux-ci constituent en effet, depuis la session 2012, un dossier faisant état de leurs compétences professionnelles et présentant une exploitation didactique et pédagogique récente dont ils proposent ensuite une analyse » (p. 118)

« si la manifestation du goût des élèves est envisagée par les textes officiels, et l’objectif de ‘donner le goût’ souligné, les enseignants sont conscients de l’écart entre lecture spontanée privée des élèves et lecture scolaire. En même temps, ils se disent convaincus de la nécessité de stimuler le goût de lire dans leur enseignement. » (p. 120)

« Les activités de lecture subjective se réalisant dans des supports écrits

Ces activités invitent les élèves à garder une trace de leurs lectures et rendent visible une activité de lecture que les activités scolaires traditionnelles ne permettent pas de saisir, de façon à développer l’adoption d’une posture de lecture subjective. En effet, comme le souligne Patrick Demougin « si enseigner la littérature consiste pour une bonne part à aider le sujet lecteur à se construire, il faut l’aider à construire cette parole intérieure, à jouer et rejouer les moments de sa construction[1] ». Par ces « traces écrites » de lecture, un aspect intime de la construction du lecteur est alors exercé. Il s’agit donc de s’appuyer sur l’écrit pour développer les qualités d’appropriation et d’interprétation des élèves. Ainsi, l’appropriation, qui passe souvent par l’identification, centrale dans la construction d’un sujet lecteur, est particulièrement sollicitée dans certaines propositions, comme la constitution de journaux et carnets de lecteur dans lesquels les élèves évoquent leurs impressions, témoignent de leur « lecture affective », de leur « itinéraire personnel de lecteur » (dossier no 73). Les enseignants exploitent également des situations écrites collectives qui facilitent la compréhension et l’interprétation. […] Le deuxième intérêt de telles activités est le développement de qualités réflexives, puisque, ainsi que le rappelle Jean-Louis Dufays, les compétences métacognitives « différencient le plus nettement les lecteurs experts des lecteurs faibles[2]». Permettre alors à l’élève d’analyser sa lecture, d’exprimer son goût et de justifier ses choix favorise l’acquisition d’une métacognition. Trois dossiers s’engagent dans cet objectif : ainsi, une enseignante propose de composer, dans le carnet de lecture, une première page dans laquelle l’élève peut noter tout ce que lui évoque le titre Alice au pays des merveilles, puis, au fil de la lecture, elle propose de prendre des notes et de les comparer à ses représentations de la première page. Par la confrontation de ces deux approches de l’œuvre, l’élève est ainsi invité à adopter une posture réflexive. Ajoutons le fait qu’écrire sur sa lecture permet également de développer une identité de lecteur[3]. En effet, les textes dans lesquels les élèves se sont investis, ceux qu’ils aiment, sont aussi ceux qui les représentent, qui les construisent. Dès lors, favoriser l’émergence ou la prise de conscience d’une identité qui s’élabore de manière très progressive, permet aux élèves de prendre place dans une communauté culturelle, de s’y intégrer. C’est notamment l’intérêt de l’atelier d’écriture proposé par une enseignante en sixième : elle présente une illustration du Petit Chaperon rouge de Perrault par Sarah Moon, et amène les élèves à écrire à partir de la phrase inductrice suivante : « je me souviens de la première fois que… » (dossier no 56). S’engageant ainsi dans la reconstitution d’une mémoire de lecteur, centrée sur une œuvre que tous les enfants ont écoutée, lue ou regardée sous la forme d’album, le professeur permet aux élèves de prendre conscience de l’existence de cette mémoire, et peut-être du rôle qu’elle peut jouer dans leur lecture présente du conte. Enfin, les traces écrites des lectures conduisent également les élèves à développer le plaisir de l’écriture. […]L’ensemble de ces activités permet aux élèves de faire résonner les œuvres lues dans leur propre écrit. Comme le souligne Violaine Houdart Mérot, « transformer sa lecture en écriture pourrait être l’une des manières de rendre la lecture véritablement créatrice et le lecteur acteur à part entière[4] ». (p. 122-123)

 « Le deuxième intérêt d’activités orales consiste à permettre, par la confrontation des lectures particulières des élèves, de mettre à jour les ambiguïtés, les indéterminations du texte qui se révèle ainsi résistant, ambigu. Au-delà, ces activités amènent également les élèves à percevoir la spécificité de leur lecture, voire parfois, ses errances, ses erreurs. » (p. 124)

 

[1] A. Rouxel, G. Langlade (dir.), Le sujet lecteur, lecture subjective et enseignement littéraire, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2004 : P. Demougin, « Le lecteur et sa parole : traces écrites d’une parole recomposée dans l’acte de lecture », LSL, 2004, p. 117-127.

[2] S. de Croix et J.-L. Dufays, « Se raconter pour mieux se percevoir comme sujet lecteur », LSL, 2004, p. 153-165, p. 154.

[3] Comme l’explique A. Rouxel dans « Autobiographie de lecteur et identité littéraire », LSL, p. 137-151.

[4] V. Houdard-Mérot, « De la critique d’admiration à la lecture scriptible », LSL, p. 223-232, p. 231.

Magali Brunel, « Le sujet lecteur dans la classe : éléments pour un état des lieux des pratiques dans le secondaire », Recherches & Travaux [En ligne], 83 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 07 juillet 2015. URL : http://recherchestravaux.revues.org/655 consulté le 26 octobre 2015


1 réflexion sur «  »

  1. Carla,
    Merci pour ce long compte rendu qui n’ennuie pas du tout son lecteur – moi en l’occurrence ! je perçois bien tes interrogations qui tentent de cerner le problème (dans sa pluralité) avec la réforme du collège et certainement au-delà avec l’enseignement en général et la lecture littéraire en particulier… Comment le reformuler à ma façon ? pas facile ! d’autant que tu délimites fort bien au fil de cette journée ce qui peut permettre de le dessiner : contrairement aux conservateurs et autres défenseurs de ce qui disparaîtrait mais également aux héros du tout communication, tu poses bien le fait que « la littérature » n’a plus et n’a peut-être jamais eu à avoir une place privilégiée (autrement qu’à assurer un patrimoine qui, on le sait, est toujours de l’ordre de l’invention au présent!!! et donc quoiqu’il en soit renvoie aux pratiques avec les textes, les idées qu’on en a…) parce que justement tout l’intérêt des lectures-écritures-dictions avec les oeuvres littéraires c’est de les inventer, de continuer leur force inventive et, comme tu le suggères, d’aller un peu plus loin ou un peu à côté ou de faire un peu autrement – mais justement à partir de cette force initiale – que les discours, tous les discours du moment. Ce qui n’empêche nullement des perspectives historiques, culturelles et autres mais ce qui implique d’augmenter l’attention à ce qui se passe dans nos lectures-écritures-dictions à condition qu’elles ne soient pas immédiatement instrumentalisées puisque toute instrumentalisation rend sourd à ce qui n’est pas prévu, à ce qui oblique, à ce qui renverse, à ce qui invente ! Par ailleurs, tu soulèves l’immense problème (pas si éloigné du précédent, lequel pose d’emblée le rapport du langage et de la vie) de la disciplinarisation des savoirs et des pratiques d’apprentissage : on y répond généralement avec l’inter- ou le trans- (voire plus récemment avec l’in-) mais on voit bien que cela renforce les réactions de défense, les replis, les guerres de tranchées alors même qu’on espérait le contraire ! Comment s’en sortir sans sortir ? dirait Ghérasim Luca ! Je pense qu’il n’y a pas d’autres moyens, oui, de refonder ou plutôt de relancer des dynamiques, de mouvements de savoir, à partir de l’existant et donc du coeur des pratiques scolaires habituelles, dans et par des modes de prises de parole(s) qui posent au coeur de leur dispositifs l’écoute – nous devrions y revenir lors de la journée LAPAD dans le département DFLE en octobre prochain. En attendant, oui, la classe doit devenir un atelier d’écoute (celle-ci étant plurielle : qu’est-ce qu’un texte entend de notre vie et qu’est-ce que nous entendons de la vie d’un texte ?…). Encore merci pour les pistes problématiques…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.