Politiques éducatives et place du sujet : introduction à un séminaire de l’ED 268

European Policy - site de la Commission Européenne

European Policy – site de la Commission Européenne

Le 8 mars a démarré le séminaire doctoral de l’ED 268 organisé par Valérie Spaëth :

« Articuler les politiques linguistiques et éducatives et la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues »
http://www.univ-paris3.fr/articuler-les-politiques-linguistiques-et-educatives-et-la-subjectivite-des-acteurs-de-l-enseignement-des-langues-285908.kjsp

Un séminaire interdisciplinaire consacré aux politiques éducatives, à la question de la responsabilité des acteurs dans l’enseignement linguistique et culturel et à une réflexion sur le sujet. Un enseignement principalement dédié à l’enseignement des langues étrangères et surtout du français, et pourtant particulièrement pertinent pour mon sujet, étant donné que la problématique sur le lien entre les politiques éducatives et les pratiques pédagogiques, que ce soient les enseignants ou les élèves, est une des principales interrogations quant au projet politique qui soustend les choix culturels dans la matière de français langue première au lycée.

« Dans l’articulation entre le macro et le micro je pense qu’il faut commencer par la personne. Maintenant j’en suis persuadée. »

V. Spaëth a commencé son séminaire en rentrant dans le vif du « sujet » : comment envisage-t-on le sujet dans son apprentissage d’une langue, d’une culture et finalement d’une certaine identité ? Quel apprenant-parlant projette-t-on en classe de langue à l’heure d’une globalisation qui n’est pas, ainsi qu’elle le rappelle, une mondialisation commencée il y a bien longtemps ?

Il suffit de jeter un coup d’œil aux programmes officiels prévus par l’éducation nationale pour constater que les sujets sont perçus comme des « citoyens » et donc comme des futurs membres d’une certaine société voire d’une nation qui doit exister dans ce monde pluriel ou la nation n’est plus envisagée uniquement sur un plan micro, mais aussi macro (à l’échelle européenne) :

 

“Les programmes de français et littérature en classes de seconde et première répondent à des objectifs qui s’inscrivent dans les finalités générales de l’enseignement des lettres au lycée : l’acquisition d’une culture, la formation personnelle et la formation du citoyen.[1]

 

Il s’agit finalement de réfléchir à la manière dont les institutions qui règlent un apprentissage vital, puisqu’il concerne la vie et l’évolution de l’apprenant dans une certaine société, envisagent non pas uniquement comment on doit apprendre mais aussi comment on doit être. Au-delà de la question des cadres de pensée qui sont transmis par une certaine méthodologie se pose la question du bagage culturel que l’on décide de fournir aux apprenants, leur apportant donc la matière avec laquelle ils vont penser le monde en plus de la manière dont ils vont pouvoir le faire.

Concernant la matière de français à l’école, on peut partir donc du choix des œuvres aux programme (qui posent forcément la question de la langue enseignée, s’agit-il de transmettre le français de France et donc une culture questionnable du point de vue historique, ou bien les francophonies ?) et la manière de les traiter pour remonter jusqu’aux directives européennes concernant le développement de la « Literacy », qui fait l’objet de nombreuses recherches depuis plusieurs années :
http://ec.europa.eu/education/policy/school/doc/literacy-report_en.pdf

Qu’est-ce qu’un bon lecteur, qu’est-ce qu’un bon décodeur de messages, un bon communicant ?

Cela oblige à repenser la compétence principale qui s’occupe de la matière, à savoir « la compétence de communication », conçu comme un des sept « basic skills » dictés aussi par l’Union Européenne :

http://ec.europa.eu/education/policy/school/math_en.htm

Des questions qui seront donc problématisés et déployées dans ce séminaire autour de textes commentés avec attention.

En effet, nous sommes partis de la lecture concrète de philosophes et anthropologues : Claude Levi-Strauss et son œuvre Race et histoire où on entre de plein dans la question de la diversité des cultures (qui amène à réfléchir à la définition de la Culture elle-même) avec cette problématique notion de l’« ethnocentrisme » ; la problématisation par Hannah Arendt de la langue maternelle ; la réflexion de Lévinas sur l’essence du sujet et son lien à autrui ; les questions d’unification ou de diversification culturelle vues par Bourdieu, bref, une introduction qui a brassée une pluralité bibliographique par laquelle on touchera aux questions de frontières, de conception de l’identité culturelle et nationale, de standardisation de certains modèles dans l’enseignement (des langues, sans doute, mais la question porte finalement sur tous les enseignements).

La problématique de départ qui nous a été proposée est la suivante :

Quel cadre théorique pour penser le sujet dans sa relation à l’altérité et au monde ?

 Une problématique qui invite d’emblée à poser les questions d’historicité d’un enseignement, de la difficile désubjectivation d’une langue qui est non pas uniquement située dans un contexte historico-politique mais qui, de plus, est porteuse d’un bagage culturel qui oblige à faire des choix éthiques en classe. Puisque finalement une langue n’est pas une langue en général, c’est une langue liée à un projet politique, national qui est lui-même à examiner si l’on veut comprendre le projet d’un état une langue n’est pas une langue en général.

Le lien entre langue et culture, la place accordée aux sujets dans leur apprentissage et finalement, en filigrane, ce qu’on comprend par « sujet » dans l’éducation seront les thèmes abordés sous différents angles, entre autres, la philosophie, la sociologie et l’histoire.

Par voie d’analogie, ce séminaire me permettra donc de réfléchir aux politiques linguistiques, aux politiques éducatives et aux pratiques concrètes des enseignants.

 

[1] Programme de l’enseignement commun de français en classe de seconde générale et technologique et en classe de première des séries générales et programme de l’enseignement de littérature en classe de première littéraire, Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010, http://www.education.gouv.fr/cid53318/mene1019760a.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *