« Usted presenció la capacidad reparadora de la lectura en comunidades alejadas de la cultura escrita.

– Sólo como ejemplo, en contextos como en Colombia, donde hay programas de lectura para chicos desvinculados del conflicto armado, abandonados, la lectura permite que la gente hable entre sí, que recuperen la palabra. Claro que también hay tiempos de silencio, pero se desencadena un proceso, relanza el pensamiento, la memoria. Algo se alivia. »

Entretien avec Michèle Petit par Victoria Tatti pour Revista de Cultura (Argentine)

http://edant.revistaenie.clarin.com/notas/2009/06/29/_-01948893.htm

« L’expérience littéraire nous fait sentir la convergence entre nos points de vue et nos points de vie. […] Qu’il s’agisse d’acheter une paire de chaussures ou de faire une déclaration d’amour, de participer à une manifestation de rue ou de changer de métier, mes « actes » résultent (partiellement mais largement) des mondes virtuels (romanesques, théâtraux, cinématographiques, télévisuels) dans lesquels je me serai trouvé plongé. On peut donc considérer que nos formes de vie actuelles sont les « actualisations » des points de vue agrégés dans les traditions culturelles qui nous ont formés. »

Citton, Yves. « Métamorphoses du cerveau lecteur en esprit d’interprétation ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2011, n° 5, p. 6-10
http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-05-0006-001