S’Ecouter, Ecouter et Produire une écoute en recherche

par Carla Campos Cascales et Charlotte Guénnoc (doctorante en deuxième année, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, ED 120 (littérature)).

S’écouter lire – expérience de lecture le 16 novembre

http://www.univ-paris3.fr/experiences-d-ecoute-avec-les-litteratures-et-les-arts-en-didactique-des-langues-et-des-cultures-398508.kjsp

 

Le 16 novembre dernier nous avons organisé une journée d’étude à la Maison de la Recherche qui aurait essayé d’approcher les pratiques de recherche, de formation et d’apprentissage sous la notion de « l’écoute », en nous interrogeant précisément sur ce que cette notion pouvait offrir comme ouverture, continuation, peut-être même comme solution aux limitations souvent imposées dans les cadres institutionnels, que ce soit au niveau de l’enseignement ou de la recherche scientifique.

Dans ce cadre, nous avons interrogé avec Charlotte Guénoc, quelques anciennes chercheuses en master, ayant rédigé leur mémoire et portant un regard critique à leur travail. Nous avons donc introduit et tenté d’ « encadrer » leur parole en nous interrogeant à notre tour sur ce que l’écoute pouvait apporter au questionnement de la construction de cet objet curieux et difficile que représente le mémoire, si d’un objet il s’agit, précisément.

 

Retour sur des expériences de production de mémoires de M2

JIAO Shuman (M2, spé 1)

KHALEEFA Amal (M2, spé 1)

POISSON Thaïs (M2, spé 2)

VERHAEGHE Virginie (M2 distance)

 

La première partie de notre travail a été une recherche relativement exhaustive sur ce qui avait été dit ou fait en matière d’écoute par rapport au travail du chercheur. Voici donc une bibliographie sommaire et quelques colloques représentatifs de l’état de la question :

 

Bibliographie

Arino, Martine. 2007. La subjectivité du chercheur en sciences humaines. Paris, France, Pays multiples.

Benhaim, Sarah, Guesdon, Maël, « Figures de l’écoute : circonstances, usages, métaphores », Volume ! 1/2013 (10:1) , p. 285-287, URL : www.cairn.info/revue-volume-2013-1-page-285.htm

Certeau, Michel de. 1990. L’invention du quotidien. Édité par Luce Giard. Paris, France: Gallimard, DL 1990.

Charaudeau, Patrick. 2013. « Le chercheur et l’engagement. Une affaire de contrat ». Argumentation et Analyse du Discours, no 11 (octobre). doi:10.4000/aad.1532.

Chauvier, Eric. 2011. Anthropologie de l’ordinaire: une conversion du regard. Toulouse, France: Anacharsis, impr. 2011.

Depardon, Raymond, « Dégager l’écoute de ce qui se passe », Fabula-LhT, n° 15, « « Vertus passives » : une anthropologie à contretemps », octobre 2015, URL : http://www.fabula.org/lht/15/depardon.html , page consultée le 10 avril 2016.

Doury, Marianne. 2004. « La position du chercheur en argumentation ». Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, no 17 (novembre). https://semen.revues.org/2345.

Jablonka, Ivan. 2014. L’histoire est une littérature contemporaine manifeste pour les sciences sociales. Paris: Seuil, introduction.

Lelubre Marjorie « La posture du chercheur, un engagement individuel et sociétal » http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/hs-14/RQ-HS-14-Lelubre.pdf

Macé, Marielle. 2011. Façons de lire, manières d’être. Paris : Gallimard.

Payet, Jean-Paul. 2016. Ethnographie de l’école: les coulisses des institutions scolaires et socio-éducatives. Rennes: Presses universitaires de Rennes.

Weber, Max. 1965. Essais sur la théorie de la science. Paris, France: Plon, DL 1965.

Colloques

« La posture du chercheur en sciences humaines et sociales : une construction en équilibre entre réflexivité et contraintes ? »

2010, association lyonnaise des étudiants chercheurs en sciences de l’information et de la communication (ALEC-SIC)

 « Le chercheur et sa passion : Dualité(s) entre objectivité et subjectivité. »

Université de Montréal, 2010

 « Figures de l’écoute »

Colloque interdisciplinaire ayant eu lieu le jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 2012, co-organisé par le CRAL (EHESS), le CERILAC et l’équipe TLESH (Paris Diderot).

 

Si nous avons décidé de commencer par cet « état de l’art » c’est pour montrer à quel point on a déjà écrit et réfléchi sur la question de la « place » ou de la « posture » du chercheur en sciences humaines et sociales. Mais la question qui s’est posée d’emblée c’est si on l’a déjà approché par la question de « l’écoute ». Que pourrait être l’écoute, de nouveau ? Sûrement plus qu’un positionnement spatial, temporel… Peut-être qu’il serait justement temps de prendre la question de la relation qui se crée. Relation au singulier mais un singulier pluriel – impliquant tous les tissus, l’infinité de liens qui commencent à se créer dès que le chercheur « se place » précisément, dès qu’il commence à observer, à lire, à écrire, à enquêter, en tous cas, depuis le moment qu’il en prend conscience, puisque la relation a peut-être commencé avant, et ça c’est aussi ce qu’on a essayé de prouver en approchant l’expérience concrète de ces anciennes mastères.

 

Pour faire intervenir la question de l’écoute dans celle de la place du chercheur, il faudrait commencer par dire que la notion d’écoute permet de montrer l’enjeu du discours. L’écoute n’est pas une catégorie ou une synthèse pour définir l’activité de recherche de manière objective, ou la place située du chercheur. L’écoute est l’activité de recherche, puisqu’elle est la manière dont s’organise la recherche et par là même elle est organisation du discours qui constitue la recherche. Le positionnement n’est alors effectivement pas seulement éthique, spatial ou social. Il y a bien une reprise de la question de la relation. Ecoute et relation sont une même chose. Une même activité. Et c’est là qu’est intéressante la notion d’écoute pour la question de la place du chercheur. La véritable question est en fait celle de l’activité. Il y a activité relationnelle dans l’activité d’écoute.  A partir de là, il faut prendre l’écoute comme notion critique qui ne vise pas une synthèse conceptuelle de l’activité de recherche mais une entente du sujet/des sujets de la recherche.  Il y a entente des sujets, parce qu’il y a activité, soit interaction / inextricabilité de la théorie et de la pratique (pas d’antériorité ou de postériorité de l’une sur l’autre).

Penser l’activité de recherche par la question de la relation autant que par celle de l’écoute, c’est penser la recherche comme double activité (pratique et théorique). De cette affirmation, se dégage fortement l’idée que l’écoute est critique (donc interroge sans cesse la place du chercheur) puisqu’elle pousse à dé-catégoriser, à faire relation du tout, à dé-posturiser (si on peut se permettre le néologisme). Et cela est rendu possible parce que l’écoute, comme activité relationnelle, pousse à aller regarder du côté des fonctionnements, au lieu de regarder du côté des fonctions. L’écoute c’est l’attention à ce qui est en train de se faire, sous nos yeux, à nos oreilles : elle vient se mettre à la place des œillères qui nous font regarder du côté du déjà fait, déjà fixé. Hors, écouter c’est continuer à interroger. La notion de continu intervient alors, concomitante à celle de relation.

C’est ainsi qu’on arrive à mettre en lien cette réflexion avec cette belle citation de John Dewey, dans son ouvrage Démocratie et Éducation (1916), qui rapprocherait la recherche, si on la conçoit comme continuum, de l’expérience, et percevoir la recherche comme expérience c’est tout d’un coup prendre toute son ampleur et surtout, la voir comme un moment d’un processus beaucoup plus large : « Pas plus que ne le pourrait un être humain, l’expérience ne vit ni ne meurt pour soi. Indépendante du désir et de l’intention, elle continue de vivre dans celles qui suivent. D’où il appert que le problème central d’une éducation basée sur l’expérience, consiste à choisir la nature des expériences fécondes et créatrices dans les expériences suivantes ». Ne pourrait-on pas dire la même chose de l’éducation que de la recherche ? La recherche ne serait pas, d’ailleurs, une permanente éducation ? Il ajoute : « le principe de continuum expérimental » (Dewey et al. 2011, 467). L’écoute est donc un mode de prendre, un processus d’individuation qui consiste à fabriquer du sujet, un « en train de se faire ». C’est une pensée du contre  (contre les modélisations, contre les interprétations) pour penser avec – avec les acteurs, avec les sujets. De là, on peut encore revenir à la question de la relation, qui est relation de voix, et engager une réflexion sur la pluralité à l’œuvre, ce que permet l’écoute ( l’écoute des voix, de sa propre voix, des autres voix -> acteurs, textes, collèges de la recherche, directeurs…). Et peut-être émettre l’hypothèse, suggérer, que l’on ne parle plus d’écoute, mais des écoutes.

 

Pour entrer directement « en écoute », nous avons choisi cette citation de Meschonnic :

« L’écoute du sujet est autant l’écoute du social que celle de l’histoire. Tout se passe comme si, à l’inverse des rapports de force, les politiques et les théoriciens de la politique avaient peur à la fois du poète et de l’individu unique – le poète étant le représentant, le symbole de ce dernier – alors que le poète n’a pas peur du social, qui justement l’écrase. Car il ne peut être sujet que s’il est une écoute que s’il est le sens le plus fin du social. » Critique du rythme p 96.

 

Cette relation dont parle Meschonnic semble soulever la question de la « responsabilité » de l’écoute. En effet, à partir de ses mots on peut se pencher sur l’engagement politique voir éthique de la notion d’écoute. Si on n’a pas parlé de manière explicite d’écoute du chercheur, on a tout de même parlé de la position sociétale du chercheur :

« Si l’on s’accorde désormais sur le fait que le sociologue est un citoyen dont l’inscription au monde est indéniable de par son ‘encastrement social’ (Caveng, 2011), il demeure important de s’arrêter sur cette double nature intrinsèque du sociologue à la fois scientifique et membre de la collectivité. » (Lelubre 2013, 15)

Peut-être alors que la notion d’écoute est ce qui permet, d’emblée, d’être conscient des discours qui nous traversent et qui construisent notre propre discours en tant que « sujet » (avec tous les aspects politiques, historiques, sociaux, sentimentaux que cela implique…). C’est donc la notion d’écoute qui prendrait le plus de responsabilité (davantage que la notion de ‘posture’, qui implique une seule position, une attitude peut-être, et pas une prise en compte de la relation que nous avons à notre sujet et au monde tout en même temps. Disons que c’est comme si la posture ne prenait qu’un aspect, alors que la notion d’écoute engage le tout).

Sur ce, on a souhaité continuer avec une citation de Certeau à propos de la prise en compte des différentes voix qui entrent en jeu dès que recherche :

« À ‘oublier’ le travail collectif dans lequel il s’inscrit, à isoler de sa genèse historique l’objet de son discours, un ‘auteur’ pratique donc la dénégation de sa situation réelle. [notons avec intérêt la mise entre guillemets d’auteur, qui questionne cette soi-disante autorité, justement, Certeau remet ici en cause la posture d’autorité qu’on confère à celui qui écrit… Peut-être que c’est donc le fait de se donner des postures, avant même de voir que la place sur laquelle on se « pose » est toujours vacillante, qui fait défaut dans le manque d’écoute ?]. Il crée la fiction d’une place propre. Malgré les idéologies contraires dont elle peut s’accompagner, la mise à part du rapport sujet-objet ou du rapport discours-objet est l’abstraction qui génère une simulation d’‘auteur’. Elle efface les traces de l’appartenance d’une recherche à un réseau – traces qui compromettent toujours, en effet, les droits d’auteur. Elle camoufle les conditions de production du discours et de son objet. A cette généalogie déniée [j’adore l’usage de ce terme, généalogie, je pense aussi au terme foucaldien d’ ‘archéologie’,  ne serait-ce pas cela qu’on essaye de retracer dans la partie « s’écouter » des présentations ?, et du coup mettre en avant que cette généalogie ne s’arrête jamais, si on s’écoute, on ne s’écoute pas qu’au début, mais tout le long, et même après que le travail soit achevé – l’est-il jamais ?] se substitue le théâtre combinant un simulacre d’objet à un simulacre d’auteur. Un discours maintiendra donc une marque de scientificité en explicitant les conditions et les règles de sa production, et d’abord les relations d’où il naît. »

Retenons par dessus cette phrase : « Toute place ‘propre’ est altérée par ce qui, des autres, s’y trouve déjà. » (Certeau 1990, 72)

S’écouter en tant que chercheur, c’est aussi savoir entendre la polyphonie qui nous façonne et prépare notre discours. Et peut-être que prendre conscience de la polyphonie qui est déjà là avant de commencer nous permettra de mieux saisir la polyphonie des lectures et des discours sur le terrain auxquelles ont va devoir forcément se confronter, et même peut-être saisir que c’est dans les contradictions, dans les relations, que se trouvera la/les problématiques de notre recherche, ce qui nous permettra de douter pour mieux avancer…

Mais justement c’est à cause de cette polyphonie, et de l’infinité qu’elle implique, qu’écouter c’est aussi savoir délimiter, se trouver/retrouver pour mieux savoir se perdre… Il y a là la question de trouver une assise tout en étant conscients de la permanente destabilisation que doit être pour nous une recherche, si on veut pouvoir, justement, continuer de chercher.

Effectivement, écouter pose la question du choix, du positionnement, moins postural cependant qu’inter-subjectif. Nous pensons d’ailleurs qu’il faudrait réinterroger la notion de positionnement en ce sens. Il y a là toute la difficulté du cadre, de l’activité d’encadrement qui doit cependant continuer à ouvrir. Question ouverte (à laquelle nous avons tenté de répondre avec les différentes interventions) : comment ouvrir des écoutes encadrées? Ou l’inverse, comment cadrer sans fermer nos oreilles ?

Et nos yeux ? Si Weber parle de mieux ouvrir nos yeux au réel« Une portion seulement de la réalité singulière prend de l’intérêt et de la signification à nos yeux, parce seule cette portion est en rapport avec les idées de valeurs culturelles avec lesquelles nous abordons la réalité concrète » (Weber 1965, 163), Eric Chauvier, dans son Anthropologie de l’ordinaire, parle de l’importance du « regard » (Chauvier 2011) et nous pouvons trouver l’interrogation sur le rapport entre regard et écoute dans le travail de Depardon.

Pour lui, tout se joue l’un dans l’autre, et l’un et par l’autre. Mais l’écoute, on a moins l’habitude d’en entendre parler, de l’évoquer. On parle beaucoup plus de poser un regard sur quelque chose, que d’écouter.

Nous vous laissons ici un extrait de l’interview avec Depardon :

LHT : On a l’impression que votre travail demande une grande patience.              Raymond Depardon : Je ne suis pas particulièrement patient. En revanche, je suis à l’écoute. Les femmes avec qui je travaille m’ont souvent fait remarquer que j’écoutais plutôt mieux que les hommes, qui a priori n’écoutent pas beaucoup. Quand je montrais par exemple en copie privée Une partie de campagne, seules les femmes étaient vraiment amusées, car elles voyaient dans Giscard « un homme » avant tout, et surtout un « homme qui n’écoute pas ». J’ai eu de la chance de rencontrer des magistrats qui ont très vite saisi ma façon de travailler. Ils détestaient l’équipe-camion de la télévision et avaient compris que j’étais quelqu’un qui travaillait le détail, à l’embuscade. Il n’empêche que l’embuscade doit être sur pied, car on doit beaucoup écouter. Il faut dégager l’écoute de ce qui se passe, ne plus bouger et être dans une concentration incroyable, avec un magnétophone comme si on ne voulait rien perdre. Il faut être sur pied. Quand un déféré arrive du dépôt, il faut l’écouter comme s’il s’agissait d’une personne exceptionnelle. Quand on filme, on doit accepter de perdre du temps. Il faut avoir une grande confiance dans le cinéma mais aussi dans l’homme et se montrer assez humaniste pour filmer des choses comme cela. Tourner, c’est faire un pari sur quelque chose.

Pour revenir, après cette citation, à la question de la « posture », nous nous sommes aperçues que les chercheurs qui interrogent cette notion abordent en même temps la question de la « légitimité », comme si trouver sa place avait pour but une assise pouvant être reconnue comme légitime par l’institution. Dans le dernier ouvrage de Jean-Paul Payet sur la perspective ethnographique en recherche Ethnographie de l’école. Les coulisses des institutions scolaires et socio-éducatives (Payet 2016), c’est cette question qui fait le fond de l’ouvrage: la question de sa légitimité. Ce qui est intéressant c’est que l’ouvrage va au-delà de la question de sa légitimité scientifique (le manque de laquelle lui est souvent reprochée dans l’institution), pour aller vers sa légitimité de recherche, sa capacité à approcher, voir et écouter le monde par des méthodes qui ne sont souvent pas admises par l’académisme « l’ethnographie permet de complexifier une vision schématique [du réel], car elle offre un accès à la pluralité des acteurs ». Et j’ai l’impression que c’est bien l’écoute est ce qui permet de sortir d’une simple recherche de légitimité scientifique à une éthique de la recherche, qui pose les questions en termes de responsabilités politiques et sociales. Et qui permet donc de poser la « nature de l’engagement du chercheur » (Lelubre 2013, 25) en de nouveaux termes.

 

Tentant donc d’approcher cette « nature de l’engagement du chercheur » nous avons proposer aux intervenantes de nous parler de trois moments qui n’ont rien de chronologique et qui sont tout aussi interchangeables dans le processus d’enquête-écriture.

S’écouter : Il s’est agit de l’écoute de nous-mêmes, ce qu’on peut appeler « l’avant-recherche » (toujours en mettant entre gros guillemets cette possibilité de dater, que ce soit au début ou à la fin, une recherche). Est-ce que l’on s’est écouté soi-même, est-ce qu’on a pris conscience de son positionnement initial, de son point de vue initial ? Quels étaient les préjugés, les représentations préalables ? Qu’est-ce qui a orienté le choix d’un sujet, d’un terrain, d’un directeur de recherche ? À quel moment un intérêt, une envie, une implication personnelle devient un projet académique de recherche ? À quel moment décide-t-on d’écrire un mémoire ? Le décide-t-on d’ailleurs ?

Écouter : La construction de l’écoute de l’autre, des autres pour construire sa recherche. Comment est-ce qu’on écoute les conditions qui nous sont imposées (on a rappelé que dans le terrain on ne fait pas ce que l’on veut, mais ce que l’on peut) ? Comment se construit l’écoute de ce qui nous entoure, ce qu’on observe, ce à quoi on a affaire lors de notre parcours de recherche ? Acteurs, terrains, lectures…

Il s’agissait aussi d’interroger les passages qui se construisent les uns par rapport aux autres : de l’observation à la lecture, de la lecture à l’écriture, de nos idées de départ à l’écriture, etc.

Produire une écoute : À quel moment commence-t-on à produire une écoute ? À quel moment on écrit ? L’écoute de soi et l’écoute tout court. À quel moment le travail s’achève, le fait-il d’ailleurs ? Quel est le travail de l’écriture, sa présentation, sa portée à la soutenance, quels sont les enjeux, les écoutes dans ce moment de « conclusion » ?

Et surtout l’écoute en résonance : quelle est l’après-recherche ? Ce qui continue de résonner, les questions laissées en suspens, les prises de conscience, qu’est-ce qui s’entend encore ?

 

Après les différentes interventions, qui ont repris des moments de la recherche concrets, empiriques, des questionnements précis, nous nous sommes demandées si le mémoire pouvait se réduire à l’accumulation de ces trois moments (Question rhétorique!).

En reprenant les différentes interventions, nous avons écouté quelques réflexions qui revenaient et qui rejoignaient toutes les expériences de recherche :

 

« L’ennui dans ce projet c’est que l’institution pour laquelle j’écrivais mon mémoire avait besoin de résultats concrets, lisibles et visibles. Mais comment rendre aux yeux ce que le temps a volé ? Car les carnets seuls n’étaient pas preuves suffisantes pour une analyse didactique de la pratique d’écriture chez ces personnes. »

Thaïs Poisson

« A bien des égards, il faudrait s’abstenir d’essayer de comprendre ses propres recherches et ainsi ses propres sujets. Rien est tout à fait stable et certain, tout est en mouvement. Voir plutôt que comprendre »

Thaïs Poisson

« Je dois vous avouer que je ne saurais vous expliquer comment j’y suis parvenue. »

Virginie

« Ce travail de recherche continue évidemment de résonner au quotidien non seulement dans ma vie professionnelle mais aussi dans ma vie personnelle. Il m’a aidé à donner du sens à mes gestes professionnels que je réalise avec plus d’assurance. »

Virginie

« Je ne sais pas si on peut parler d’un achèvement d’un travail d’écriture »

Amal

« Au début de la rédaction de mon mémoire, j’ai rencontré deux difficultés principales : premièrement, comment construire des réalités diverses et complexes ? Deuxièmement, comme les objets d’étude constituent un système d’interactions, comment clarifier les liens entre ces différents éléments ? »

Shuman Jiao

 

 

Toutes les interventions, finalement, ont voulu mettre en avant l’impossibilité de produire un mémoire comme on produirait un objet parfaitement saisissable et compréhensible. Et on plutôt soulevé la difficulté de comprendre soi-même son travail dans toute son ampleur, ce qui fait qu’il s’agit peut-être précisément d’une expérience inachevée, toujours à continuer…

Pour terminer, donc, une citation d’Ivan Jablonka, dans son ouvrage L’histoire et une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, dont le titre prouve déjà l’engagement dont témoigne son écriture : « Si l’écriture est une composante incontournable de l’histoire et des sciences sociales, c’est moins pour des raisons esthétiques que pour des raisons de méthode. L’écriture n’est pas le simple véhicule de ‘résultats’, elle n’est pas l’emballage qu’on ficelle à la va-vite, une fois la recherche terminée ; elle est le déploiement de la recherche elle-même, le corps de l’enquête. » (Jablonka 2014, 8). Ainsi, « à chacun de forger son écriture-méthode. Renouveler l’écriture des sciences sociales ne consiste donc pas à abolir toute règle, mais à se donner librement de nouvelles règles. » (Jablonka 2014, 13‑14)

Ici Jablonka pointe quelque chose qui me paraîtrait intéressant de garder en conclusion : il n’y a pas qu’une responsabilité d’inventivité vis à vis de notre sujet, de notre écoute initiale, de notre travail de recherche personnel, mais aussi une responsabilité d’inventivité et de problématisation de la discipline dans laquelle on est censé s’insérer, et du même coup, de la notion même de discipline. Ainsi, pour rester dans notre domaine, écrire de la didactique ne serait pas refaire à chaque fois la didactique elle-même…

Dans tous les cas, il semblerait que c’est la question du choix qui reste. Puisqu’écouter n’est pas la même chose qu’entendre. Dans l’écoute il y a une tendance, une intention, un regard sur une réalité qui n’étant pas délimitée, doit l’être en quelque sorte pas nous pour mieux l’approcher.

Nous concluons sans pour autant fermer cette discussion en vous laissant une citation de Max Weber, qui pointe comment l’objectivité de la connaissance et par conséquent, sa légitimité n’est pas la question à se poser. Mais plutôt celle du choix d’écoute, de regard et de production que nous commençons dès qu’il y a recherche :

 

« L’essai d’une connaissance de la réalité dépourvue de toute présupposition n’aboutirait à rien d’autre qu’à un chaos de ‘jugements existentiels’ portant sur d’innombrables perceptions particulières. Même ce résultat ne serait possible qu’en apparence, car la réalité de chaque perception particulière présente toujours, si on l’examine de plus près, une multitude infinie d’éléments singuliers qui ne se laissent pas exprimer de manière exhaustive dans les jugements de perception. Ne met de l’ordre dans ce chaos que le seul fait que, dans chaque cas, une portion seulement de la réalité singulière prend de l’intérêt et de la signification à nos yeux, parce que seule cette portion est en rapport avec les idées de valeur culturelles avec lesquelles nous abordons la réalité concrète. Ce ne sont que certains aspects de la diversité toujours infinie des phénomènes singuliers, à savoir ceux auxquels nous attribuons une signification générale pour la culture, qui valent donc la peine d’être connus. » (Weber 1965, 163)